Immobilier 4 conseils avant d’investir dans l’immobilier neuf avec la Loi Pinel 2021

4 conseils avant d’investir dans l’immobilier neuf avec la Loi Pinel 2021

SHARE
Loi Pinel 2021 investir immobilier
Investir dans un immeuble locatif neuf avec la Loi Pinel 2021

Bonne nouvelle pour les investisseurs immobiliers, la loi Pinel continuera d’exister jusqu’en 2024. Elle sera ensuite remplacée par un dispositif plus optimisé. Nous rappelons qu’un bien immobilier locatif est éligible à la loi Pinel lorsque ce dernier est aux normes BBC2005 ou RT201 et que le locataire s’engage pour une durée minimale de 6 ans. En attendant, voici nos conseils avant d’investir dans l’immobilier neuf avec la loi Pinel 2021.

Bien choisir l’emplacement

Il y a beaucoup de facteurs à prendre compte lorsque l’on choisit l’emplacement de son bien locatif. Les loyers doivent être cohérents avec la dynamique de la ville ou du quartier visé. On mesure la qualité de vie, (nombre de commerces, la météo, les activités, la culture, etc.) la vitalité démographique, et le dynamise économique.

Ces facteurs influent directement sur les loyers que vous fixerez. Par exemple, investir en pinel à Bordeaux est un choix pertinent car sa démographie est en hausse, le nombre d’étudiants est en forte croissance et de nombreuses entreprises apparaissent chaque année. Ces éléments sont des garanties de rapidité et de durabilité. De plus, en se tournant vers une zone où la demande locative est très forte, vous limitez grandement les périodes de vacances locatives.

L’emplacement joue également sur le montant de votre taxe foncière. À noter que pour bénéficier de réduction d’impôt, le logement doit se situer en zone A, A bis ou B1.

Ne plus investir dans les maisons individuelles

Plus qu’un conseil, c’est un fait. À partir du 1er janvier 2021, les investissements dans des maisons individuelles, des villas individuelles construites au sein d’une copropriété ou des villas construites de manière jumelée, ne seront plus couverts par la loi Pinel. Le dispositif sera strictement réservé aux investissements réalisés dans des logements situés dans un bâtiment d’habitation collectif.
Néanmoins, si la date du dépôt de demande de permis de construire est antérieure au 1er janvier 2021, vous pourrez tout de même bénéficier du dispositif Pinel pour une maison.

Deux critères déterminent le classement en bâtiment d’habitation collectif :

  • Superposition même partielle, directe ou indirecte de logements différents (il est possible que les logements soient séparés par des locaux).
  • Le nombre de logements à considérer doit être de deux au minimum.

À noter que les bâtiments d’habitation collectifs neufs et leurs abords doivent être construits et aménagés de façon à être accessibles aux personnes handicapées, peu-importe leur handicap.

Faire attention aux différents plafonds

La loi Pinel 2021 est plafonnée à différents niveaux, et cela impacte votre éligibilité à bénéficier de réductions d’impôts.

Pour bénéficier de réductions d’impôts, le revenu fiscal de référence (revenu de l’année n-2) du locataire ne doit pas excéder un certain montant, en fonction de sa situation (personne seule, couple, nombre de personnes à charge) et de la zone dans laquelle il se trouve. Par exemple, pour un couple en zone A, le revenu fiscal de référence du locataire ne doit pas dépasser 57 480€.

Sont plafonnés également, les loyers mensuels par m² que vous fixez. Encore une fois, cela dépend de la zone dans laquelle se trouve la location : 17,43 € en zone A bis, 12,95 € dans le reste de la zone A, 10,44 € en zone B1 ainsi que 9,07 € en zone B2. Ces plafonds sont révisés le 1er janvier de chaque année, nous attendons donc une évolution pour 2021.

Connaître l’ensemble des réductions et déductions d’impôts possibles

Tout savoir sur l’investissement et la défiscalisation en loi Pinel est important. Pour rappel, la réduction d’impôt sur le prix d’achat est de 12% sur un engagement de 6 ans, 18% sur 9 ans, et 21% sur 12 ans. Également, il est possible d’appliquer les déductions d’impôts suivantes :

  • Déduction des intérêts d’emprunt des revenus fonciers. Il est possible de bénéficier d’une déduction d’impôt sur les intérêts d’emprunts lorsqu’ils concernent un emprunt contracté pour la conservation, l’acquisition, la construction, la réparation ou l’amélioration d’un immeuble mis en location.
  • Déduction des frais réels des revenus fonciers. Vous pouvez déduire un abattement forfaitaire de 30 % sur vos revenus fonciers. Cela signifie que vous pouvez déduire sur les loyers bruts perçus durant l’année, tous les frais qui vous auront servi à financer les intérêts d’un crédit immobilier, d’un prêt pour des travaux, ou les frais de dossier, les frais de garantie, les cotisations d’assurance emprunteur, etc.
  • Déduction de la taxe foncière des revenus fonciers. Il est également possible de déduire la taxe spéciale d’équipement et la taxe annuelle sur les surfaces de stationnement.

La réduction d’impôt est limitée à un investissement de 300 000€ par personne et par an, et 5 500€ par m² de surface habitable. Ainsi, il est possible d’obtenir un bonus fiscal total de 63 000€ pour un appartement neuf de 300 000€.