Immobilier Le marché immobilier suisse est-il en train de flamber ?

Le marché immobilier suisse est-il en train de flamber ?

En Suisse, la demande en acquisition de logement est élevée en raison des atouts du secteur immobilier. Il est notamment facile pour les étrangers d’acquérir des biens dans le pays. La situation économique reste par ailleurs stable et le taux de vacance des logements au niveau national est assez faible. Cependant, la question qui se pose est celle de la dynamique des coûts des biens et leur impact sur le marché immobilier suisse. Ce dernier connaît-il une flambée ? Comment déterminer la valeur d’un logement dans ce pays ?

Comment est organisé le marché de l’immobilier en Suisse ?

Les logements en propriété par étage (PPE) et les maisons individuelles représentent les principales catégories d’habitation disponibles sur le marché immobilier suisse. La tendance prouve que de nombreux investisseurs acquièrent des biens pour ensuite les louer afin de réaliser des rendements importants. Cela s’explique par les intérêts hypothécaires très faibles et l’attractivité des biens locatifs. Ceux-ci sont notamment situés dans les centres ou périphéries, les zones où la demande locative est la plus forte.

D’un autre côté, les taux d’intérêt négatifs en Suisse poussent les investisseurs à se tourner vers le secteur immobilier, favorisant ainsi la création et l’offre en matière de logements locatifs. Ceux-ci sont par ailleurs très recherchés sur le marché, entretenant ainsi la hausse des prix de ces biens.

Face à l’engouement pour les logements locatifs, les appartements en propriété se font rares. L’offre est limitée et en recul depuis plusieurs années. Cela se traduit par le coût élevé de ces biens, notamment en 2020. Ils sont d’ailleurs moins sujets aux problèmes de vacance des logements. Ceux-ci touchent principalement les logements locatifs situés dans les zones périphériques comme Valais, Jura, Neuchâtel et Saint-Gall.

Notez toutefois que le taux de vacance reste faible dans les zones très urbanisées comme Genève, Zurich, Zoug et Bâle-Ville. Dans ces cantons, la demande est tellement forte qu’il n’est pas rare que les locataires contactent les gestionnaires des biens avant que ceux-ci ne soient mis en location sur le marché immobilier suisse.

Comment estimer la valeur d’un bien immobilier suisse ?

Plusieurs paramètres impactent le coût d’un bien immobilier. On observe en effet un écart important entre les prix des logements proposés sur le marché immobilier suisse. L’hétérogénéité de ces coûts s’explique notamment par l’emplacement des biens et leurs caractéristiques (superficie, matériaux de construction, nombre de pièces, présence d’espace extérieur, proximité des commodités, logements neufs ou anciens, etc.).

Que ce soit pour vendre ou acheter votre maison, appartement ou chalet, veillez à réaliser une estimation précise afin de vous assurer de faire une bonne affaire. Si vous envisagez d’investir dans un logement, il est possible de réaliser l’estimation d’un bien immobilier en Suisse gratuitement grâce à des plateformes en ligne spécialisées.

Il n’est en effet pas facile de connaître les prix sans être au courant des tendances actuelles du marché et des particularités de chaque canton. C’est pourquoi les investisseurs sollicitent les prestations d’un professionnel agréé pour déterminer la valeur de leur bien.

Les dispositifs d’estimation immobilière en ligne demeurent toutefois le meilleur moyen de réaliser gratuitement l’évaluation complète de votre logement en Suisse. Ils vous permettent en quelques minutes seulement de connaître la valeur de ce dernier sur la base des informations que vous aurez fournies.

Gardez à l’esprit que les appartements en propriétés sont par exemple plus onéreux à Genève qu’en région rurale. De même, ils sont plus chers autour de Zoug, du lac Léman et des lacs de Zurich. De façon générale, les biens situés dans les centres sont les plus recherchés.

Marché immobilier suisse, estimation des prix

Quel a été l’impact du Covid-19 sur les prix des biens immobiliers en Suisse ?

La crise sanitaire n’a pas épargné le marché immobilier suisse. Pendant qu’elle faisait des ravages, l’accession des biens a considérablement diminué. Entre avril et mai 2020, les investissements se sont réduits en Suisse. Cependant, les ménages ont manifesté un fort intérêt pour l’acquisition de logement dès la fin du premier confinement.

En effet, la demande a connu une croissance importante sur le marché de l’immobilier à la fin du printemps 2020. Celui-ci a engendré une prise de conscience de la part des ménages quant à l’importance d’avoir un espace extérieur, un cadre plus spacieux et des pièces supplémentaires pour le télétravail.

Cela a modifié les préférences des investisseurs qui se tournent désormais plus facilement vers les agences immobilières proposant des biens plus grands, situés à la campagne et avec des pièces pour travailler. Pour preuve, les localités comme Sion, la vallée de Joux et Broye ont enregistré une augmentation des demandes en matière de pavillons.

Rappelons toutefois que cette crise sanitaire a provoqué entre le 24 février et le 16 mars 2020, un effondrement du prix des parts de fonds immobiliers résidentiels. Les investissements en immeubles locatifs ont en effet connu un déclin avant de se stabiliser entre le dernier trimestre 2020 et le printemps de 2021. La pandémie a ainsi entrainé une baisse de construction des bâtiments neufs dans les centres.

Par ailleurs, ces derniers mois, le coût des maisons individuelles a augmenté d’environ 10 % dans les localités comme Zurich et l’Arc lémanique. L’offre reste toutefois en recul pour ce type de bien. En revanche, le prix des appartements risque, lui, de continuer à augmenter dans les régions urbaines.

Zurich, investissement immolier, prix des logements

Combien coûtent les biens immobiliers en Suisse ?

Les biens immobiliers sont souvent inaccessibles pour la plupart des ménages à revenus moyens. Pour cause, seulement 42 % des logements en vente sur le marché immobilier suisse sont accessibles à ces profils d’acquéreurs. Quand on ne considère que les maisons individuelles, ce pourcentage descend à 26 %. À mesure que le coût de ces biens augmente, ce taux baisse également. En effet, seulement 1/3 des biens proposés sur le marché sont abordables pour ces ménages.

Retenez que le prix moyen au mètre carré des logements en Suisse est de 1827 € en 2021. Pour les appartements, il est de 2 021 € et pour les maisons, il est de 1 682 €. Notons qu’il existe une disparité entre les coûts des biens en fonction des cantons. Pour les propriétés par étage, par exemple, le prix moyen des offres à Berne est estimé à 7 850 francs/m² contre 13 490 francs/m² à Zurich. De la même manière, pour les maisons individuelles, ce prix est de 1 269 230 francs à Bâle contre 2 136 820 francs à Zurich.

En effet, les appartements en propriété par étage (PPE) ont connu une hausse de 4 % face à la demande importante qui a suivi le premier confinement en 2020. Pour les maisons individuelles en Suisse, la hausse des prix est estimée à 4 % en 2021 contre 5,5 % en 2020 et 2,3 % en 2019. Pour les appartements, cette augmentation est estimée à 3 % en 2021 contre 5 % en 2020 et 2,1 % en 2019.

Il a été par ailleurs été démontré que par rapport à 2019, le solde migratoire en Suisse a augmenté en 2020. Ce pays fut considéré comme un refuge pendant la pandémie. Cela a participé à la croissance de la demande en biens locatifs et à la hausse de leurs prix en 2020. En 2021, les vaccins sont accessibles dans la plupart des pays européens. Ce solde migratoire devrait donc baisser sur le territoire. Cela entrainerait une légère baisse de la demande dans les grands centres urbains ainsi qu’une diminution des prix des logements.

De plus, sur la base de ces statistiques précitées, on est tenté de dire que le marché immobilier suisse n’est pas en train de flamber. Comparativement à 2020, il baisse, mais demeure tout aussi attractif. Vous pouvez dès lors réfléchir à votre projet d’investissement en fonction de ces indices, statistiques et informations disponibles sur l’évolution du marché immobilier suisse.