Immobilier Le prix de l’immobilier se relâche dans les grandes villes

Le prix de l’immobilier se relâche dans les grandes villes

0
Immobilier, prix de l’immobilier, investisseur immobilier
Immobilier, prix de l’immobilier, investisseur immobilier

Mois de novembre n’est pas encore terminé que le bilan du marché immobilier est déjà annoncé. En effet, selon le baromètre, l’on a enregistré une baisse des prix de l’immobilier dans les plus grandes villes de l’hexagone. Par ailleurs, force est de constater que les ¼ des villes qui abritent plus de 100.000 habitants ont été terrain de réduction de prix immobilier sur un laps d’un an. Et plus encore, cette baisse a encore été plus forte durant ces trois derniers mois dans plus de la majorité des villes de plus de 150.000 habitants.

Une baisse de prix en 2017, mais une hausse de prix sur un an

Les investisseurs immobiliers se réjouissent déjà de la situation. La baisse des prix profite à tous les ménages Français. En plus des dispositifs de défiscalisation, le contexte actuel du pays favorise les nouvelles acquisitions ainsi que les nouvelles constructions. Le marché de l’immobilier semble être propice en France.

Et pourtant, le fait est là ! Si l’on compare la situation par rapport à celle de l’année dernière, les prix ont augmenté dans presque toutes les villes. A Strasbourg par exemple, l’on enregistre une hausse de +2,3% par rapport à l’année dernière. A Rennes, la hausse est de +1,5%. Néanmoins, il existe encore deux départements Le Havre et Toulon qui ont enregistré une baisse de prix avec respectivement -0,2% et -0,7%.

Des zones qui font exception

Néanmoins, malgré une tendance haussière sur une année mais baissière par rapport à quelques moins, deux zones font exception. Notamment, Bordeaux et Le Mans, qui enregistre une hausse de +10% sur l’année. Ce sont les deux villes figurent parmi les plus chères en France. Bordeaux se trouvant à la seconde position derrière Paris et devançant de très peu la ville de Lyon. Pour le moment, à moins d’avoir une somme importante pour ce faire, l’investissement dans les zones n’est pas encore conseillé.