Travaux Escalier ERP : les normes

Escalier ERP : les normes

escalier erp normes

Les établissements recevant du public (ERP) comme les bureaux, les magasins, les administrations et les restaurants, ont l’obligation de respecter les normes conditionnant les escaliers. En effet, ces normes ont pour but d’assurer l’accessibilité aux personnes souffrant d’un handicap et de garantir leur sécurité. Pour cela, les normes d’un escalier ERP imposent des règles d’aménagements et d’équipements facilitant l’équilibre tout au long de l’escalier et assurant la visibilité des obstacles. Notez que les normes encadrant les escaliers ERP sont indifférentes à la présence ou non d’un ascenseur, d’un élévateur, d’un escalier mécanique ou d’un plan incliné mécanique. Sans plus tarder, voyons ensemble les normes pour un escalier ERP.

Les mains courantes

N’importe quel escalier, peu-importe sa conception, dispose d’une main courante de chaque côté. Parmi les normes concernant l’escalier d’un ERP, voici celles qui encadrent la disposition d’une main courante :

  • Elle doit être continue, rigide et facilement abordable.
  • Elle doit être située à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1,00 m du nez de marche. Si le garde-corps sert de main courante, il doit impérativement être situé à 0,80 m, pour des raisons de sécurité.
  • Elle doit se prolonger horizontalement de la longueur d’une marche, soit 28 cm minimum, au-delà de la première et de la dernière marche de chaque volée, tout en assurant une circulation horizontale sans obstacle.
  • Elle doit être mise en évidence par rapport à la paroi support, à l’aide d’un éclairage spécifique ou d’un contraste visuel.

Notez que ces normes ne s’appliquent pas aux rampes PMR. Quelques cas de figure présentent des exceptions. Les escaliers ERP à fût central dont le diamètre est inférieur ou égal à 40 cm n’ont besoin que d’une main courante installée sur le mur extérieur. Également, pour les ERP existants, une seule main courante suffit si l’installation d’une deuxième main courante réduit la largeur à moins de 1 m.

Pour un escalier encloisonné, la largeur entre les mains courantes d’un escalier ERP neuf doit être de 1,20 m, contre 1 m pour un ERP existant. Ainsi, la largeur entre les parois est systématiquement supérieure de 20 cm à la largeur entre les mains courantes. Si la main courante est aussi le garde-corps, la largeur de l’emmarchement peut être légèrement inférieure à 1,40 m.

Les dimensions des marches

Dans un ERP neuf, l’escalier doit être composé de marches dont la hauteur est inférieure ou égale à 16 cm, contre 17 cm dans un ERP existant. La première et la dernière marche doivent impérativement être munies d’une contremarche d’une hauteur minimale de 10 cm depuis le plancher ou la marche inférieure. Le giron, quant à lui, doit mesurer au minimum 28 cm. La mesure correspond à la distance qui sépare le giron du plancher supérieur ou de l’aplomb du nez de marche.

Une surface podotactile est également attendue à 50 cm de la dernière marche, sur toute la largeur de l’escalier. Elle doit être munie d’une surface antidérapante et d’une couleur contrastée.

Lumière et contraste

La contremarche doit être remarquable facilement, à l’aide d’un contraste visuel évident. Les nez de marches et les revêtements de sol doivent également être contrastés afin d’aider les usagers à appréhender les distances et les hauteurs. Enfin, l’éclairage global d’un escalier ERP doit mettre en valeur les dangers, sans les cacher à cause d’une lumière trop intense.