Jardin et exterieurs Piscine : 15 erreurs d’entretien à éviter

Piscine : 15 erreurs d’entretien à éviter

SHARE

Vous souhaitez profiter de votre piscine le plus longtemps possible ? Nettoyage, traitement de l’eau, contrôles, etc. Autant d’étapes obligatoires pour en augmenter la durée de vie. L’entretien d’une piscine demandant de la précision, de la rigueur et du sérieux, voici les erreurs à éviter.

Erreurs dans le traitement de l’eau de piscine

Quand la qualité de l’eau de piscine est compromise, cela peut entraîner des dégâts sur le bassin, la peau des baigneurs et sur le matériel. Respecter les procédures de traitement de l’eau est une des clés pour l’entretien de votre piscine et votre hygiène.

Utiliser les produits sans suivre les indications du fournisseur

Pour s’éviter de nager dans un bouillon de culture, il faut privilégier l’utilisation de produits adaptés à sa piscine et en respecter les dosages. Conservez tous leurs emballages, car ils indiquent toutes les informations pour leur utilisation. Vous devez suivre ces indications pour que votre eau soit traitée de manière optimale.

Mélanger les produits en pensant multiplier leur efficacité

Certains propriétaires de piscine pensent à tort que des mélanges de produits auront une plus grande efficacité. Vous n’augmenterez leur efficacité en rien et vous risqueriez même de déclencher des réactions chimiques désastreuses pour votre santé, votre piscine et son équipement. Pour que votre piscine soit dans les meilleures conditions, les traitements doivent être adaptés aux résultats des différents tests d’eau.

Attention à la température de l’eau

Ce paramètre doit être surveillé avec une grande rigueur. Une eau chaude favorise l’apparition et la prolifération de bactéries et d’algues. Plusieurs facteurs peuvent modifier la température de l’eau : la température extérieure, la fréquentation de la piscine, l’ensoleillement, etc.

Erreurs dans le traitement de choc

Il consiste à libérer une très forte concentration de chlore dans la piscine en une fois, à titre correctif ou curatif. Si l’eau est trouble, de couleur verte et qu’elle semble avoir tourné, privilégiez le traitement de choc avant la vidange.

Entretien piscine

Choquer l’eau en journée

Le chlore permet de garder l’eau propre et d’oxyder les impuretés. Contrairement aux galets de chlore lent, le chlore choc n’est pas stabilisé et il s‘évapore très vite. Une utilisation en journée occasionne une déperdition de 1ppm par heure, or il en faut une concentration de 13ppm pour permettre à l’oxydation de se faire. Si vous devez choquer votre eau, faites-le en fin de journée ou pendant la nuit.

Verser le choc dans le skimmer

Et surtout, ne mettez pas le chlore choc dans le skimmer, au risque de créer des situations dangereuses. Le mélange du chlore choc et du chlore lent crée un gaz mortel par réaction chimique. De plus, si vous versez le chlore choc dans votre skimmer, le mélange des deux types de chlore à l’intérieur peut détruire votre chlorinateur.

Verser le choc directement dans l’eau de la piscine

Quand le chlore choc est concentré, il a des propriétés fortement blanchissantes. Si votre piscine est équipée d’un liner, le traitement choc risque de le blanchir et de le fragiliser. Munissez-vous de lunettes de protection, de gants et d’habits que vous ne craignez pas d’abîmer. Diluez ensuite le chlore choc dans un seau d’eau chaude, avant de verser son contenu dans la piscine. La baignade est interdite jusqu’à 48h après le traitement.

Erreurs dans le contrôle des indicateurs de l’eau de piscine

Tester la qualité de l’eau régulièrement vous permettra de connaître les niveaux de pH, d’alcalinité et de calcaire dans l’eau. Ce n’est qu’en ayant connaissance de ces valeurs que vous pourrez doser les différents produits à utiliser avec précision.

Ne pas tester l’eau régulièrement

Il est conseillé de contrôler la qualité de l’eau une fois par semaine pour en connaître le pH et le niveau de désinfectant (chlore). Vous devrez également tester tous les composants de l’eau, idéalement 2 fois par an. Il s’agit des niveaux de chlore, de pH et d’alcalinité, de la dureté de l’eau, du stabilisant de chlore (acide cyanurique), de sel et du total des solides dissous, de la présence de fer et de cuivre, ainsi que des phosphates et des nitrates.

Négliger l’importance du pH de l’eau

Si le niveau de pH est haut (donc basique), le chlore ne pourra pas s’activer. L’eau va devenir trouble, des algues vont s’y développer et une eau basique peut aussi abîmer le revêtement en vinyle. Peu importe la quantité de désinfectant que vous y mettrez, cela ne changera rien tant que le pH de l’eau ne sera pas abaissé. À l’inverse, un pH bas est le signe d’une eau acide. Si l’eau est claire et exempte d’algues, cela ne signifie pas forcément que la situation est idéale. En effet, l’acidité de l’eau risque d’abîmer votre piscine et ses équipements, comme le filtre, la pompe, les régulateurs, etc.

Le taux de pH de l’eau n’est pas stable. Il est influencé par des facteurs extérieurs divers, tels que la pluie, le soleil, les organismes aquatiques. Un niveau d’alcalinité situé entre 80 et 140 ppm va permettre de réguler le pH de l’eau de votre piscine et permettra à l’assainisseur d’eau de fonctionner convenablement. L’installation d’un régulateur automatique de pH est une possibilité.

Négliger la dureté calcique de l’eau

L’eau contient naturellement des minéraux tels que le calcium ou le sodium. Le TH ou Titre Hydrotimétrique permet de mesurer son taux de minéralité. Il faut savoir qu’une eau sans calcaire, ou douce, favorise le phénomène de corrosion. À l’opposé, une eau dure, trop riche en calcaire, entraîne un entartrage du bassin et des équipements de la piscine.

Entre les deux, une eau mi-douce et mi-dure, a la teneur minérale idéale. La dureté calcique de cette eau se situe autour de 200-400ppm. Cette qualité de l’eau permet de rallonger la durée de vie de la plupart des revêtements de piscine et du système de filtration. La calcinité de l’eau s’augmente avec un réhausseur, tel que le sulfate de calcium, et se réduit avec un séquestrant calcaire. En raison du phénomène d’évaporation, la teneur en calcaire de l’eau est variable, d’où la nécessité d’effectuer des tests régulièrement.

Erreurs liées au nettoyage de la piscine

Le nettoyage de la piscine est obligatoire si vous ne voulez pas vous baigner dans une eau insalubre.

Ne pas brosser la piscine régulièrement

Même si vous avez un aspirateur robot ou aspirateur automatique, le nettoyage manuel de la piscine est une étape incontournable. Le robot ne peut pas passer par tous les endroits et les recoins de la piscine. Si vous ne prenez pas le temps d’y passer la brosse, les algues vont s’y développer et favoriser l’apparition de tâches sur le revêtement. Nettoyez votre piscine à la brosse 1 à 2 fois par semaine en été. Pensez à insister au niveau des échelles, de la ligne d’eau, des marches et des recoins.

Utiliser un aspirateur ou un robot en présence d’algues

Nous vous recommandons de ne jamais utiliser un équipement automatique pour l’aspiration des algues. Les robots et autres aspirateurs ne sont pas conçus pour cette utilisation. Ils risquent de se boucher et d’éparpiller les algues dans votre piscine. Si vous avez un problème d’algues, commencez par tester l’eau pour savoir s’il faut procéder à un traitement de choc.

Nettoyer le filtre trop fréquemment

Ce composant doit se nettoyer régulièrement pour le débarrasser des impuretés extraites de l’eau de la piscine. Le manomètre permet de savoir à quel moment le filtre doit être nettoyé : quand la pression à l’intérieur de la cuve est haute. Le témoin de turbidité du filtre vous indiquera ensuite si ce dernier est bien propre.

De plus, le nettoyage du filtre implique l’évacuation d’une grande quantité d’eau de la piscine. Si vous l’effectuez trop fréquemment, vous gaspillerez plusieurs centaines de litres d’eau. Il faut aussi savoir que si le filtre est trop propre, il retiendra moins les saletés. Inutile donc de nettoyer votre filtre dès qu’il présente quelques petites impuretés.

Ne pas filtrer suffisamment

Le filtre sert à nettoyer l’eau de la piscine. S’il n’est pas nécessaire de le faire fonctionner en permanence, il est important que la totalité de l’eau passe au moins 2 fois par le filtre, notamment pour éviter la formation d’algues.

Il est recommandé de filtrer l’eau au moins 8h par jour, sauf en hiver. Pour savoir combien d’heures sont nécessaires pour un filtrage optimal, divisez la température de l’eau par 2. Si l’eau est à 20°C, il faudra donc la filtrer pendant 10 heures.

Erreurs liées à l’entretien hivernal de la piscine

En hiver, quand on n’utilise pas sa piscine, on peut avoir tendance à négliger son entretien. L’hivernage d’une piscine est pourtant essentiel si vous souhaitez en profiter dans la durée. Il permet en effet d’éviter les gelées et de maintenir la qualité de l’eau. Si vous avez installé une plage de piscine, pensez également à la faire nettoyer à la fin de l’hiver.

Choisir un type d’hivernage non adapté

L’hivernage actif consiste à faire fonctionner le système au ralenti, avec une surveillance accrue quand la température extérieure tourne autour de 0°C. Quand l’hivernage est passif, vous arrêtez le système de filtration et purgez les canalisations. La piscine est ensuite recouverte d’une bâche adaptée à l’hiver. Si vous ne pouvez pas surveiller votre piscine, la méthode passive est la plus adaptée.

Ne pas hiverner au bon moment

Si vous hivernez votre piscine alors qu’il fait encore chaud, votre eau risque de tourner à cause des algues et des bactéries. Si vous le faites trop tard, vous vous exposez aux gelées. Dans l’idéal, l’hivernage de la piscine se fait quand les températures extérieures se stabilisent autour de 12-15°C. Il faudra également remettre la piscine en service autour de ce seuil de température.