Immobilier Métropole de Bordeaux : comment se porte l’immobilier neuf ?

Métropole de Bordeaux : comment se porte l’immobilier neuf ?

SHARE
l'immobilier neuf à Bordeaux

Après une croissance des prix entre 2016 et 2018, la courbe semble se stabiliser ces 2 dernières années. C’est une information rassurante pour les investisseurs en immobilier neuf. Lorsque les prix augmentent, le ticket d’entrée également. Si les prix stagnent à un niveau élevé, un climat de stabilité s’installe, laissant penser que la ville va connaître un ruissellement cette année. Dans cet article, nous nous intéressons au développement de la ville de Bordeaux, et comment celui-ci affecte l’immobilier neuf.

Bordeaux et ses enjeux

Bordeaux est une ville verte ! Du moins, elle y aspire. L’administration de la ville fait de l’écologie sa priorité et compte bien imposer au secteur de l’immobilier de participer à la lutte contre le dérèglement climatique. Le nouveau maire de Bordeaux a annoncé la couleur, avec son programme d’urbanisme vert et durable. Avec la nouvelle règlementation RE2020, ce sont les logements neufs qui seront mis en avant. Il existe une certaine concurrence entre l’immobilier neuf et l’immobilier ancien, qui sont deux marchés distincts. Les nouvelles normes thermiques et énergétiques favorisent le développement de l’immobilier neuf à Bordeaux, là où l’immobilier ancien aura du mal à s’adapter. Pour encourager cette pratique, les investisseurs respectant la règlementation RE2020 bénéficieront d’une exonération partielle de leur taxe foncière. Notez que la règlementation doit être obligatoirement appliquée par les programmes d’immobiliers neufs initiés en 2021.

Il faut savoir qu’au sein de la capital Girondine, le logement est le deuxième sujet le plus discuté. Et pour cause, Bordeaux fait face à de nombreux enjeux. La métropole connait une croissance démographique qui ne cesse d’augmenter d’année en année, à l’image de son essor. Ainsi, la demande est croissante et Bordeaux fait face à un problème de logements vacants. Paradoxale comme situation, mais cela s’explique par la nature et la localisation de ces derniers. En effet, ces logements vacants ne correspondent pas forcément aux attentes de la population nouvelle, composée de beaucoup d’étudiants.

Le maire a cependant bon espoir de combler ces logements vacants par le développement de son réseau de transports ainsi que la création massive d’entreprises. En effet, ces dernières années, les connexions en transport en commun entre le centre de la métropole et sa périphérie se sont multipliées :

  • Inauguration de la première ligne de RER à Bordeaux, permettant d’aller de Libourne à Arcachon sans correspondance à la gare de Bordeaux. C’est un gain de temps énorme pour les habitants ou les travailleurs de la périphérie bordelaise.
  • De nombreuses lignes de cars express ont été mises en place.
  • 46 nouveaux TER sont mis en circulation.
  • Des projets de prolongations des lignes de tram actuels sont en cours d’exécution.

Où se développe l’immobilier neuf à Bordeaux ?

Pour ce qui est de la demande croissante, la ville de Bordeaux a compris ce qu’elle devait faire : investir dans les logements sociaux. Maintenant que la métropole a bien développé son activité et connait un essor économique et territorial, il ne lui reste plus qu’à accueillir. Ainsi, le maire actuel prévoit d’investir dans la construction de 7000 logements neufs à prix réduit, permettant à ses nouveaux arrivants de mieux s’adapter en fonction de leur budget. Aussi, Ces logements peuvent être achetés avant leur construction et bénéficier ainsi de la défiscalisation par la loi Pinel en 2021.

Investir dans l’immobilier neuf à Bordeaux, c’est s’ouvrir à plein de possibilités. Il faut savoir que 75% des biens immobiliers de la ville sont des appartements. Et pour cause, la population estudiantine a augmenté de 33% en 10 ans. C’est + de 100 000 étudiants à loger. Si l’on se penche sur les tendances des étudiants bordelais, on remarque que 55% d’entre eux louent un studio, et 17% se tournent vers un appartement deux pièces. Les loyers moyens sont d’autant plus intéressants : 542€ pour un studio et 743€ pour un deux pièces. Investir dans l’immobilier neuf en centre-ville est un gage de sécurité et de réussite.

Autres zones attractives dans le centre, le quartier du Triangle d’or, riche de son patrimoine et de son architecture, séduit celles et ceux qui souhaitent profiter des boutiques de luxes, du Grand Théâtre, de l’Opéra, des grands restaurants, etc. Et ce n’est pas le seul quartier offrant un confort de vie élevé, on trouve également Saint-Michel, le quartier des Chartrons, les Capucins, Saint-Augustin et plein d’autres lieux du centre-bille où l’immobilier neuf est favorisé. Une personne achetant un appartement neuf devra payer 2,5% de frais de notaire, contre 8% pour un appartement ancien.