Travaux Travaux d’ITE : l’isolation thermique des murs par l’extérieur

Travaux d’ITE : l’isolation thermique des murs par l’extérieur

SHARE
ITE : isolation thermique des murs par l'extérieur

L’isolation thermique des murs par l’extérieur, appelée également ITE, permet de constituer un véritable manteau isolant autour d’une construction. En rénovation, cette technique a l’avantage de ne pas entraver la vie intérieure et de ne pas toucher à la surface habitable. De plus, elle permet de réaliser l’isolation en même temps qu’une rénovation de façade. Dans cet article, on s’intéresse au fonctionnement et aux avantages de l’ITE.

Améliorer sa qualité de vie avec l’ITE

L’ITE constitue l’ensemble des solutions techniques mise en œuvre pour traiter l’enveloppe extérieure du bâtiment dans le but de limiter les transferts thermiques entre les murs extérieurs et intérieurs du bâtiment. La démarche se fait auprès d’un professionnel, idéalement certifié RGE. C’est un label attribué par les pouvoirs publics aux professionnels du secteur du bâtiment et des énergies renouvelables. Réaliser des travaux avec une entreprise certifiée RGE, comme un projet ITE avec BAT Energie, permet de bénéficier de l’aide publique allouée aux travaux de performance énergétique. Avec le certificat d’économie d’énergie, la dépense réalisée pour des travaux de rénovation énergétique est fortement réduite. L’objectif est d’encourager le plus de monde possible à réduire ses dépenses d’énergie tout en bénéficiant d’un confort optimal. L’isolation thermique des murs par l’extérieur est une des démarches les plus efficaces.

Isoler par l’extérieur est une technique présentant de nombreux avantages.

Résistance thermique

La résistance thermique (R) est une grandeur physique caractérisant la capacité d’un matériau à éviter la transmission de la chaleur (et par extension, du froid). Elle s’exprime en m².K/W (Kelvin par Watt). La résistance thermique globale d’un bâtiment est fortement diminuée par les ponts thermiques, des ruptures d’isolation dans l’enveloppe d’une construction. Traiter localement les ponts thermiques est particulièrement complexe. L’ITE s’est révélée comme la meilleure solution pour contrer cette perte de résistance thermique. Le résultat permet de maintenir une température homogène dans le logement, peu-importe la saison.

À noter également que, stabiliser la température de la maçonnerie permet de réduire le risque de fissures.

Économies

En isolant les murs extérieurs de son habitat, on réalise des économies sur les dépenses énergétiques. Cela se traduit par :

  • Des factures d’énergie grandement allégée. Les murs d’une maison individuelle représentent environ 25% des pertes thermiques.
  • L’éligibilité au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Celui-ci permet de bénéficier d’un allégement fiscal de 30% sur certaines dépenses de rénovation, incluant l’isolation.
  • L’éligibilité à un crédit isolation, le prêt à taux zéro. C’est un prêt totalement dédié aux travaux de rénovation d’économie d’énergie.

On estime à environ 150€/m² le coût moyen pour l’ITE. Cela représente une dépense conséquente, qu’il est possible de réaliser grâce au prêt à taux zéro. Les factures d’énergies diminuent après les travaux, compensant en partie les mensualités à régler pour rembourser le prêt. En ajoutant la baisse d’impôt et la prime énergie, l’isolation thermique des murs par l’extérieur est un investissement rapidement rentabilisé.

Travaux non invasifs

Contrairement à l’isolation par l’intérieur, les travaux d’ITE n’ont aucune conséquence sur le quotidien des habitants et ne modifient pas la surface habitable. De plus, il est possible de coupler des travaux d’ITE avec une rénovation de façade extérieure.

Conforme à la réglementation

Il existe une réglementation dont le but est de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/m² : la RT 2020. l’ITE remplit et dépasse largement ces exigences, qui sont devenues plus strictes avec le temps.

Les travaux d’ITE

Intéressons-nous de plus près aux procédés mis en œuvre lors de l’isolation thermique par les murs extérieurs. Les travaux d’ITE peuvent être réalisés selon deux méthodes distinctes : sous enduit et sous bardage. On accompagnera les travaux par l’identification et le traitement des points singuliers, des zones telles que les seuils de porter ou les soubassements, pouvant compromettre l’isolation.

ITE sous enduit

Cette méthode consiste à poser l’isolant et le recouvrir d’un mortier de base armé revêtu d’un enduit de finition.

Parmi les plus utilisés, on trouve 5 isolants dédiés à l’ITE sous enduit : le polystyrène expansé blanc (PSE), la laine de roche, le polystyrène expansé graphité gris, la mousse résolique et les isolants biosourcés. La principale différence entre ces matériaux est leur conductivité thermique. Plus il a un lambda faible, plus sa résistance thermique est élevée. Le PSE a une conductivité thermique lambda 38, c’est la solution la plus économique et la plus utilisée. La laine de roche a une conductivité thermique lambda 36. Si l’on choisit l’un de ces matériaux, l’épaisseur de l’isolant devra être comprise entre 15 et 20cm. La mousse résolique est l’isolant le plus avancé du marché avec une conductivité thermique lambda 22. Une épaisseur de 9cm est suffisante pour atteindre une résistance thermique optimale.

l’ITE sous enduit peut se faire avec deux produits distincts. L’enduit minéral, apprécié pour son authenticité et son endurance, ou l’enduit organique, relativement simple d’usage et résistant au ruissellement.

La pose de l’isolant peut se faire selon trois techniques différentes : la pose collée, la pose calée-chevillée et la fixation mécanique. La pose collée utilise donc de la colle pour fixer l’isolant. On évitera cette méthode si l’on réalise des travaux d’ITE en rénovation. On préférera la pose calée-chevillée, qui s’adapte aux supports irréguliers et qui est compatible avec tous les types d’ITE. La fixation mécanique est uniquement possible si l’isolant est du PSE blanc. Celui-ci est fixé mécaniquement sur rails.

ITE sous bardage

Cette technique consiste à envelopper un mur d’un manteau isolant tout en habillant la façade extérieure. Elle convient au neuf comme à la rénovation.

Pour réaliser une ITE sous bardage, on met en place un système composé d’une ossature en bois ou métallique couplé de pattes équerres sur laquelle on fixe le bardage. On vient ensuite insérer l’isolant entre l’ossature et la structure porteuse, en prenant bien soin de laisser une lame d’aire ventilée d’au moins 2cm entre l’isolant et le bardage. On peut utiliser tous les isolants cités pour l’ITE sous enduit, mais on choisira préférentiellement la laine de verre, pour ses propriétés anti-feu.

L’ITE sous bardage est plus difficile à mettre en place que l’ITE sous enduit. La contrepartie à cette difficulté est le choix étendu de formats et de matériaux de bardages, habillant la façade. C’est aussi la seule méthode qui fonctionne sur une façade irrégulière.